Les drogues et la guerre : De l’Antiquité à nos jours

Présentation de l’éditeur

Des champignons hallucinogènes au LSD, du coca à la cocaïne, des amphétamines à l’ecstasy, cet ouvrage raconte une autre histoire des guerres, depuis Homère jusqu’aux conflits actuels au Moyen-Orient. Il démontre que les soldats de toutes époques et de toutes civilisations ont souvent eu recours aux drogues et alcools, de leur propre initiative, ou grâce à leurs hiérarchies. Si l’usage de drogues par les GI’s américains au Vietnam ou les nazis pendant le second conflit mondial était déjà documenté, Kamienski élargit de façon spectaculaire le tableau en dévoilant une pratique quasi universelle, des Vikings aux armées high-tech du futur. On y apprend comment le haschich a conquis les Européens pendant la campagne d’Egypte de Napoléon, comment l’opium s’est imposé pendant la guerre civile américaine, avant que la Première Guerre mondiale ne crée un marché de la drogue en Amérique du nord, ou encore comment on enrôle les enfants soldats de l’Afrique actuelle. Le but de ces pratiques universelles ? Vaincre la peur, doper les guerriers au combat, supporter le manque de sommeil, surmonter la dépression. Aujourd’hui, en toute légalité, des laboratoires (y compris français) préparent les drogues du futur qui permettront de réguler le sommeil, supprimer les syndromes post-traumatiques, mais aussi droguer l’ennemi à son insu pour l’amener à renoncer au combat. Des perspectives bien réelles qui ouvrent de nombreuses questions éthiques et philosophiques. Une histoire vraie qui ressemble parfois aux romans déjantés de Tom Wolfe ou de Hunter S. Thompson.

Leave a Reply